Share

Débâcle de Bby Touba : A l’origine, une «révolte insurrectionnelle»

«Nous avons fait un bond de 40% par rapport au référendum de 2016, sur seulement moins de 70% de électorat départemental. Si tout le monde avait voté, on allait dépasser la barre des 50 000 électeurs», a soutenu la tête de la liste de la coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) à Mbacké. Cheikh Abdou Lahad Mbacké Gaindé justifie ainsi la déroute de la coalition présidentielle dans la cité religieuse de Touba où le vote a été émaillé d’incidents notoires avec le saccage du plus grand centre de vote de la localité. «Comme explication, certains parlent de vote sanction, d’autres de trahison.

Personnellement, je préfère rester dans le registre des éléments objectifs pour n’accabler personne injustement», explique Cheikh Abdou Lahad Mbacké Gaindé Fatma qui se confie dans un entretien au quotidien Lobservateur. Sa conviction est la suivante: «l’organisation catastrophique du scrutin qui a créé un sentiment de frustration et de révolte insurrectionnelle nous a porté préjudice. Notre coalition a été tenue responsable des manquements par les électeurs, ce qui a engendré un vote sanction perceptible dans les conversations dans les files d’attente», justifie le chef religieux.

Une défaite également imputable à la popularité de l’ancien président de la république, Abdoulaye Wade, tête de liste de la Coalition gagnante Wattu Sénégal. «Les populations de Touba, explique-t-il, n’ont pas oublié le président Wade qui demeure très populaire dans la ville sainte. Enfin, le saccage du bureau de vote de l’université Baye Lahad où je devais voter, ainsi que tous habitants de Darou Khoudoss et de Madyana, fief de Aliou Sylla, investi sur notre liste, explique aussi en partie le score des élections».

Leave a Comment

Protected by WP Anti Spam