Share

Loi de finances 2018 : « Le Ter a été financé de la même manière que l’hôpital Dalal Jamm »

Le débat sur le coût du Train express régional s’est invité dans les échanges. Cependant, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a appelé les uns et les autres à ne pas faire dans l’extrapolation en ajoutant dans le financement de ce projet le coût de la fiscalité.

Il a rappelé que beaucoup de projets au Sénégal ont été financés de la même façon, donnant ainsi l’exemple du stade Léopold Sédar Senghor et l’hôpital Dalal Jamm. « Il ne faut pas singulariser le Ter ; il a été financé de la même manière que ces deux projets. Le Ter, ce sont deux tranches. Une tranche ferme entre Dakar et Diamniadio et une tranche conditionnelle qui n’est pas encore financée et devant aller de Diamniadio à l’Aibd. Les engagements que nous avons, aujourd’hui, concernent Dakar-Diamniadio. Une fois arrivé à Diamniadio, il va falloir trouver les financements pour que le Ter arrive à l’Aibd en 2021. Nous y travaillons », a expliqué Amadou Bâ. Pointant du doigt le manque d’ambition des responsables de l’opposition, le ministre a martelé que le Sénégal doit pouvoir avoir un train électrique. Selon lui, le projet du Ter doit être fait. Et ce, aux meilleurs standards comme l’autoroute à péage dont la réalisation, qui a soulevé beaucoup de salives à l’époque, s’est révélée, avec le temps, être une nécessité. « Les Sénégalais aspirent à l’émergence. La facilité avec laquelle le financement a été mobilisée montre que le Sénégal est crédible et que ce projet est rentable. La Bid, la Bad, l’Afd, le Trésor français ne jettent pas leur argent ; c’est les insulter que de le penser. Le Sénégal est crédible et prions qu’il continue de l’être », a-t-il conclu.

Leave a Comment

Protected by WP Anti Spam