Dokh Mbook

Biographie de Serigne Saliou MBACKE : Sa naissance

Conformément aux dires des savants de la Ouma quand Allah veut réaliser une chose au préalable il crée les facteurs qui concourent à sa réalisation le Prophète Paix et Salut sur Lui a dit : « il sera aisé par chaque personne d’obtenir ce qu’Allah a décrété pour elle »; Hadith rapporté par Boukhariyou.

En vertu du principe qui en découle, Allah décidant de faire de Serigne Saliou MBACKE un homme attaché à la droiture bref un modèle pour ses contemporains au préalable il a préparé les conductions utiles qui ont contribué à son existences, ces conditions sont naturellement l’appartenance à des familles de bonnes souches.
En effet, Sa mère Sokhna Fati Diakhaté originaire du MBackole était la fille de Serigne Modou Asta Diakhaté un grand guide spirituel connu pour sa piété et son abstinences vis sa vis du bien illicite,quand à la mère de Sokhna Fati elle s’appelait Sokhna Dieng Sylla elle était la sœur de Serigne Magnaw Sylla.

Serigne Saliou MBACKE avait deux frères Serigne Abdoul Khoudoss MBACKE et Serigne Abdoul Bakhi MBACKE et une sœur qui s’appelait Sokhna Tahira MBacké.

Sokhna Fati la mére de Serigne Saliou MBACKE avait deux sœurs Sokhna Maréma Diakhaté la mère de Serigne Abdou Lahad et de Serigne Souhaibou MBACKE et Sokhna Asta Diakhaté la mère de Serigne Abdou Bakhi ,les frères de Sokhna Fati étaient Serigne Hamzatou Diakhaté,Serigne MBacké Diakhaté,Serigne Balla Diakhaté Serigne Alassane Diakhaté,et Serigne Abdou Rahmane Diakhaté,tous avaient été mis sous la tutelle de Serigne Touba Cheikh Ahmadou Bamba par leur père Serigne Modou Asta Diakhaté,mais deux d’entre eux avaient le privilège de vivre pendant longtemps à la proximité du saint homme ils s’agissaient en l’occurrence de Serigne Hamzatou et Serigne MBacké Diakhaté ces deux la jouissaient de l’estime et de la proximité de Cheikh Ahmadou Bamba.

Serigne Hamzatou était très proche de lui au point qu’il s’entretenaient sur des sujets divers et importants l’un était confident de l’autre,quant à Serigne MBacké il était lui aussi très proche de Serigne Touba ce dernier lui avait même dit « tu peux à tout moment venir me rejoindre soit tu passes par une porte soit tu escalades une palissade ou forceras ton chemin ».

Serigne MBacké vivait à Diourbel jusqu’à nos jours des membres de sa famille y vivent toujours.

Les trois autres frères de Sokhna Fati Diakhaté, Serigne Abdou Rahmane Serigne Balla et Serigne Alsane vivaient à MBackole. Serigne Abdou Rahmane est le père de Sokhna Mati Diakhaté la mère de Serigne Moustapha Saliou, de Sokhna Walo et de Sokhna Momi MBacké. Serigne Balla Diakhaté était le père de Serigne Méwnou Diakhaté et de Serigne Cheikh Diakhaté Dianatoul Mahwa, quant à Serigne Alsane il n’a laissé derrière lui qu’un seul fils Serigne Balla. Tous les membres de cette famille étaient des Hafiz (ils avaient mémorisé le texte intégral du Saint coran). L’enseignement était leurs tâches exclusives, ils étaient connus pour leur piété ou crainte révérencielle vis-à-vis d’Allah; tous vivaient des fruits de leurs labeurs. La crainte révérencielle à l’égard d’Allah et la satisfaction de ces hommes des fruits de leurs labeurs sans doute étaient les signes de bon augure qui motivèrent le choix de Cheikh Ahmadou Bamba sur cette famille en donnant à son demi frère et disciple Mame Thierno MBACKE l’ordre de s’approcher des parents de Sokhna Fati qui devint la mère de Serigne Saliou MBACKE.

Serigne Saliou MBACKE naquit à Diourbel dans la nuit du vendredi quatorze(14) du mois lunaire sil khihda de l’année 1933 du calendrier musulman coïncidant avec le 22 septembre de l’année 1915 de l’ère chrétienne. Lorsqu’il arriva le moment de lui choisir un nom Cheikh Ahmadou Bamba écrivit Assalih sur une feuille de papier qu’il remit à Serigne Modou Lamine Diop Dagana; celui-ci priât Dieu dans trois vers afin qu’il lui accorda la longévité et le rang d’un pole, d’un intercesseur privilégié de son époque : «que l’éternel par sa bonté retienne Saliou longtemps parmi nous et par sa considération nous permette d’accomplir de bonnes œuvres. Retiens-le tel un soleil au firmament de l’époque dont il assainira la face de sombre pour nous ses contemporains. Retiens-le longtemps en vie dans la droiture parfaite cerné de bénédiction ce réparateur de gâchis».

Un jour Serigne Saliou a affirmé que Serigne Modou Lamine Diop Dagana agi de la même manière quand naquit successivement Serigne Abdou Ahad et Serigne Souhaibou MBacké, Serigne Moussa Ka pour sa part avait formulé une prière du même genre : «pour l’ensemble des hommes de vertus vivant à l’ouest de l’Afrique ou ailleurs qu’Allah fasse de Saliou le soleil qui éclairera le firmament de l’époque».

Tout le monde est avis qu’Allah a exaucé leurs prières mais ce qui nous étonne d’avantage c’est surtout le fait que Serigne Touba dans la lumière des deux monde ait utilisé le vocable A-Sahalih dans un vers ayant l’air de vouloir dire : «Saliou est celui qui va compléter l’espoir attendu». Serigne Modou Lamine avait exprimé le même souhait : «accorde-lui la longévité dans la droiture parfaite.
Sokhna Fati la mére de Serigne Saliou était distinguée par sa piété,sa crainte révérencielle et son abstinence des choses défendues,elle avait sa convenance consistant à éduquer ces enfants selon les préceptes de l’Islam elle même était enseignante chargé de cours d’initiation aux sciences religieuses (Fiq ou Jurisprudence et Tawhid « Unicité  DIVINE »).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *